Le mariage en islam, appelé nikah, est un pilier fondamental de la religion musulmane. Pourtant, de nombreux amalgames existent entre les règles religieuses du mariage et les traditions culturelles. Tentons d’y voir plus clair en nous appuyant sur le Coran et la Sounnah du messager d’Allah ﷺ.

Le mariage en islam : définition et conditions

Certes, les préparatifs de la cérémonie, le choix de son qamis mariage, de la date,… exigent de prendre son temps. Mais les règles relatives au mariage sont encore plus prioritaires. En effet, la bénédiction d’Allah s’acquiert par une conformité stricte aux règles divines.

Le mariage musulman est avant tout un acte d’adoration, la sounnah du prophète. Il scelle l’union entre deux personnes pubères et responsables de sexe opposé, dans le but de fonder une famille vertueuse. Le Zawaj Sounnah est le socle de la société islamique, car il établit des droits et devoirs équilibrés au sein du couple et de la famille. Certains savants estiment d’ailleurs qu’il s’agit d’une obligation qui incombe à chaque musulman qui en a les moyens.

Le mariage en islam requiert quatre conditions essentielles pour être valide :

  • La présence d’un tuteur (wali) pour représenter et protéger les droits de la future mariée.
  • Deux témoins honnêtes et intègres pour certifier l’union.
  • Le consentement libre et éclairé des deux futurs époux, en particulier celui de la femme qui doit accepter le mariage.
  • La dot (mahr) versée par l’époux à la mariée comme droit islamique.

Le non-respect de ces conditions, notamment l’absence de consentement de la femme, peut invalider le mariage.

Les recommandations du Coran et de la Sounnah concernant le mariage en islam 

Le Coran et les enseignements du prophète Muhammad, paix et bénédiction sur lui, formulent plusieurs recommandations autour du Zawaj Sounnah :

Encouragement à se marier pour les musulmans célibataires qui en ont les moyens financiers.

Choix d’un conjoint vertueux et pratiquant, en évitant certains défauts rédhibitoires.

Obligation pour le mari de traiter sa femme avec bonté, respect et respect et générosité.

Mais aussi la recherche du consentement mutuel des époux en cas de prise de décision importante.

Limitation des répudiations et du divorce en islam, qui doivent rester des solutions ultimes.

Respect d’une période de veuvage après le décès du conjoint.

Autorisation de la polygamie, sous réserve de traiter équitablement toutes les épouses.

Lors d’une assise, Cheikh Soulayman Al-Rouhayli fut questionné à propos d’une personne qui retarde le mariage en islam sans raison. A cela, il a répondu sous le ton de l’humour qu’il lui conseillait d’aller consulter un médecin !

Les bienfaits du Zawaj Sounnah 

Bien compris et bien vécu, le mariage en islam comporte aussi de nombreux bienfaits. Les deux époux y trouvent sérénité, affection et complicité aux époux. Il constitue un rempart contre les tentations et la débauche, permet la procréation et l’éducation d’une descendance vertueuse, responsabilise les époux et leur fait acquérir maturité. Il conduit également à la constitution d’une société harmonieuse et préservée, et rapproche les croyants de leur Seigneur par cet acte d’adoration.

Finalement, le mariage authentique est un acte fondateur de l’existence du croyant, régi par des règles précises issues des textes sacrés. Loin des amalgames avec les traditions culturelles, il constitue une union spirituelle entre deux âmes visant à obéir à Allah et élever leur progéniture dans la droiture. Compris et vécu ainsi, le mariage en islam est une composante essentielle de la vie du musulman, source de nombreuses grâces et récompenses divines.